© 2016-2019 by Le Jardin d'Erémure.

Proudly created with Wix.com

AGRANDISSEMENT ET RÉAMÉNAGEMENT DES DEUX MASSIFS DU BAS

October 28, 2019

Par Joackim

 

Hier, dimanche, j'ai pu profiter d'une belle journée automnale pour agrandir et restructurer des massifs qui en avaient bien besoin. La longue plate-bande adossée à la haie d'éléagnus (à gauche sur la photo) a été agrandie d'une bonne largeur (au moins 60cm) tandis que le massif de droite a simplement été retouché au niveau de certaines plantes qui avaient du mal à pousser (j'y reviendrai plus bas). L'allée engazonnée qui permet de circuler entre ces deux massifs se retrouve donc réduit à entre deux et trois largeurs de tondeuse, ce qui est bien suffisant.

 

 

 

Pourquoi agrandir cette plate-bande ? Il y a deux raisons principales :

 

1° Certaines plantes manquaient d'espace, il fallait donc leur en trouver. C'est le cas notamment de l'agastache 'Black Adder', de la monarde 'Scorpion' et de la reine-des-prés Filipendula rubra 'Venusta' qui avait été plantées l'an passé, à l'essai, avec un unique pied pour chacune. Le résultat étant probant - elles se sont bien épanouies et en plus leur association est visuellement une réussite - il fallait les répartir sur une surface plus importante.

 

2° L'élargissement de la bordure va lui donner plus de corps et un plus fort impact visuel tout en ramenant l'allée à une plus juste proportion.

 

Pour faciliter le travail de bêchage, j'avais couvert la partie concernée d'un film de paillage pour désherber le sol, du moins en partie. Il ne restait plus que les racines de chiendent et les racines pivotantes des plantes adventices à éliminer. Les plus gros cailloux ont été extrait. Enfin, une bonne couche de compost bien mûr a été étalée au-dessus du sol bêché (tendance argileuse) afin de l'alléger et de l'enrichir.

 

 

Dans cet agrandissement ont donc pris place :

 

- des Herbes aux diamants (Calamagrostis brachytrycha) qui dans leur emplacement précédent se plaisaient mal

- des eupatoires (Eupatorium maculatum 'Atropurpureum'), déplacées pour les mêmes raisons en deux endroits différents afin de créer du rythme par la répétition

- les monarde 'Scorpion', Filipendula rubra 'Venusta', agastache 'Black Adder' (comme évoqué plus haut) avec Veronicastrum virginicum 'Fascination' ont pris leurs aises et devraient former un magnifique ensemble au milieu de l'été

- des graminées qui, je l'espère, se plairont mieux qu'à leur emplacement précédent : Deschampsia cespitosa 'Goldschleier', Muhlenbergia capillaris et Miscanthus sinensis 'Sioux'

- l'aster 'Fellowship'

- une astrance (Astrantia major), à l'ombre du cerisier

- des nouveautés à l'essai, en un seul exemplaire : Lythrum salicaria 'Robert' (une salicaire qui se prénomme comme mon défunt grand-père ; ce sera l'occasion de comparer cette sélection avec l'espèce type déjà présente au jardin), Angelica gigas (angélique pourpre, déjà essayée, sans succès ; j'espère qu'avec cette terre améliorée celle-ci se développera normalement et se ressèmera), Agastache 'Blue Boa' et enfin,  Astilbe chinensis 'Vision in Pink'.

 

D'autres plantes, déjà présentes ici, ont été divisées et replantées dans des blocs plus grands :

- Rudbeckia subtomentosa 'Henry Eilers'

- Aster cordifolia 'Little Carlow'

- Echinacea 'Green Jewel'

- Lythrum virgatum 'Dropmore Purple'

 

La problématique du massif de droite était que deux groupes de plantes se développaient mal et laissaient comme un trou au milieu : celui des Phlomis tuberosa 'Amazone' et celui des Astilbes 'Purplelanze'.

Concernant les phlomis, deux ou trois pieds se développaient correctement au point de fleurir, mais avec des hampes sans doute trop hautes qui nécessitaient d'être tutorées faute de quoi elles ployaient au premier coup de vent ou à la première pluie tombée. Les autres pieds restaient tout chétif, avec seulement deux ou trois feuilles à la base. Ayant lu récemment qu'ils avaient besoin d'un sol bien drainé, je me suis dit que le problème venait sans doute de ma terre trop argileuse. Je les ai donc replantés au même endroit mais en ayant pris soin de mettre une bonne couche de sable et de gravier au fond du trou et de reboucher avec un mélange de terre, de sable/gravier et de compost. On verra au mois de juin si cela leur convient mieux.

 

 

Concernant les astilbes 'Purplelanze', il s'agit d'un autre problème. Ce que je voyais dans mon massif n'avait rien à voir avec les beaux plumeaux pourpre que l'on peut observer dans les plantations de Piet Oudolf. Au mieux, quelques petites plumes pâlichonnes. Je pense avoir identifié le problème : une exposition trop ensoleillée. Pour y remédier, je les ai déplacées dans le massif en face, un peu à l'ombre du cerisier du Japon. La terre a été améliorée avec un bon apport de compost. Du fumier ne serait aussi sans doute pas de trop. J'espère que cet emplacement plus frais leur ira mieux. Réponse l'été prochain.

 

 

Dans le trou laissé par le déménagement des astilbes, j'ai rajouté des échinacées Green Jewel pour agrandir le bloc déjà existant puis comblé le reste avec des verveines de Buenos Aires qui étaient déjà très présentes par les nombreux semis spontanés.

 

Deux jours d'efforts intenses, mais cela en vaut la peine, j'en suis sûr. J'ai hâte d'être à l'année prochaine !

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

A L'AFFICHE
Please reload

ARCHIVE
Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now