© 2016-2019 by Le Jardin d'Erémure.

Proudly created with Wix.com

EREMURUS HIMALAICUS ET ALLIUM AMBASSADOR

November 3, 2019

Par Joackim

Parmi les tout premiers érémurus plantés dans le jardin, il y avait des Eremurus himalaicus. Cinq bulbes avaient été disposés sur le massif au-dessus de la maison, au niveau du capteur géothermique, en même temps que des alliums 'Mount Everest' et des buis. L'idée de départ était de m'inspirer du jardin Agapanthe, en Normandie, jardin créé par le paysagiste Alexandre Thomas, en reproduisant la scène théâtrale des buis taillés en cube associés aux chandelles du désert et aux boules sphériques des aulx (voir le billets du 18/11/2010 et du 19/04/2011). Depuis, les buis ont bien grandi et commencent à ressembler à des cubes. Les aulx, par contre, ont disparu. Quant aux érémurus, il reste trois souches sur les cinq initialement plantées. L'erreur commise a été d'installer juste à côté d'eux des Phlomis russeliana qui se sont ressemés à foison entravant le développement des érémurus. Il devenait donc urgent de les extraire de là ! L'autre raison de leur faible développement est le manque de drainage. C'est pour cette même raison que les aulx ont dépéri. 

 

Lors du premier week-end des vacances de la Toussaint, je me suis rendu à la journée des plantes au lac d'Aiguebelette (en Savoie). J'ai succombé à trois bulbes d'Allium Ambassador, achetés auprès des Planteurs de la Brigaudière (installés à Varces, près de Grenoble). À ce moment-là, je n'avais aucune idée où les planter. Puis, je me suis souvenu que je devais déplacer les Eremurus himalaicus avant qu'ils ne disparaissent étouffés par les phlomis.

 

 

Dans un autre endroit de la zone des buis cubiques (où poussent également, en plus de quelques plantes adventices, des cheveux d'ange, des phlomis, des échinacées, des alchemilles, des fenouils et des euphorbes), j'ai retourné un mètre carré et demi de terre et y ai ajouté une bonne couche de compost.

 

On peut voir ici les trois énormes bulbes d'allium Ambassador ainsi que les racines tubérisées d'érémurus himalaicus.

 

Ma main à côté d'un bulbe permet de se rendre compte de la taille imposante de ce dernier.

 

Les bulbes sont positionnés à leur place définitive avant d'être plantés.

 

Un trou de 30cm de profondeur est creusé pour les aulx...

 

... afin de pouvoir mettre un lit de sable au fond (mélangé avec du gravier), y déposer le bulbe et recouvrir de 20cm de terre mélangée à du compost et à du sable.

 

L'opération est répétée pour chaque bulbe. Les érémurus sont plantés bien moins profondément mais toujours sur une couche de sable gravier et recouverts du même mélange (voir De la plantation des érémurus, billet du 9/10/2010). Sur chaque bulbe planté je rajoute une bonne poignée de mélange sable-gravier afin de repérer leur emplacement.

 

Ici, ils ne seront plus gênés par les phlomis et, plantés dans les règles cette fois, ils devraient se démultiplier et je pourrai si tout va bien réitérer l'opération dans quelques années afin d'étendre cette scène à toute la zone des buis.

 

Une inconnue, toutefois : il n'est pas sûr que la floraison d'Eremurus himalaicus et celle d'Allium Ambassador coïncide. Eremurus himalaicus est l'un des érémurus les plus précoces à fleurir chez moi (en mai). Celle d'Allium Ambassador a lieu a priori en juin. Il est donc fort probable que ce dernier commence sa floraison au moment où celle d'Eremurus himalaicus se termine. On ne le saura que dans quelques mois. Si tel est le cas, il faudra envisager d'autres combinaisons pour avoir des floraisons simultanées.

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

A L'AFFICHE
Please reload

ARCHIVE
Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now